Jérôme Guichard a repris en 2011 les vignes de Guy Blanchard, à la frontière du Beaujolais et du Mâconnais, en conservant les principes mis en oeuvre jusqu'alors : travail des vignes sans pesticides et vinifications sans additifs.

Retour des vieilles vignes de chardonnay des Perrières, millésime 2014. Il est à noter que les raisins sont restés une semaine au pressoir, conférant ainsi au vin des notes discrètes de macération.

Le vin présente également de fines et nobles notes oxydatives, qui pourront plaire à certains et rester incomprises pour d'autres. Mais le vin possède un tel fond qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir sur son évolution. C'est à mon sens déjà un très beau vin, qui ne fera que s'affiner avec le temps.